Peut on emprunter sans apport ?

En investissement immobilier, il est possible que sous certaines conditions, on peut laisser l’apport personnel de côté. Cette situation se présente le plus souvent dans un cas où l’emprunteur ne soit pas en mesure d’en constituer ou seulement que ce ne soit pas trop exigé. La banque est susceptible de faire exception à l’égard de certains profils. Dans ce cas, elle se penchera vers d’autres paramètres. Sur ce, il est possible de bénéficier d’un crédit sans apport personnel.

Un emprunt sans apport : dans quelle situation en bénéficier ?

La constitution d’un apport personnel se présente souvent comme une difficulté pour les emprunteurs. Bien que ce soit nécessaire à la banque lors de l’étude d’un profil, dans certaines conditions, il est éventuellement possible d’en faire exception. En cette condition, on parle d’un emprunt à 100 % ou même à 110 %, car c’est la banque elle-même qui s’occupe des frais de notaire, charge incluse dans l’apport personnel. Le jeune fraîchement en activité peut en demander dispense. Se trouvent également en situation excusable, les personnes à condition familiale complexe comme les chômeurs et les malades de longue date.

Un emprunt sans apport : comment conquérir ?

L’apport personnel n’est pas strictement obligatoire, non moins à exempter avec des arguments déplorables. Il existe des profils qui n’auront pas du mal à faire exception devant les établissements financiers sans apport personnel. Ceux-ci disposent d’un dossier considérablement solide avec des garantis réels. La banque se penchera dans l’étude du montant du revenu et de la stabilité de la personne sur le plan personnel : absence d’antécédent sur l’historique d’endettement, emploi CDI. Il est pour autant possible de se passer de cet apport s’il s’agit d’une construction d’une maison à résidence secondaire ou d’un investissement locatif.

Un emprunt sans apport : quelles pourraient être les conséquences

L’absence de l’apport personnel entraîne le plus souvent le non-octroi de la somme convoitée. La banque n’est pas en mesure de satisfaire le crédit. L’emprunteur n’obtiendra donc pas le montant demandé dans son dossier de prêt. Ce manque suscite également l’augmentation du coût total de l’emprunt. Si le client n’avait pas pu rétribuer les frais de dossier dans l’apport personnel, il devrait les constituer par les mensualités, car les intérêts sont susceptibles de gonfler. Par conséquent, l’emprunteur se trouve à risque, car le montant acquis est possible de ne pas suffire à acheter la maison de ses rêves ni de procéder aux étapes de construction.